lienlien
RPgiste du mois
|- Winry Rockbell - La RPgiste du mois n'est autre que Winry ! Grâce à la rapidité dont elle fait preuve pour répondre, elle a été élue par nos membres ! En plus, elle en a beaucoup; Un titre amplement mérité !

CBiste du mois
|- Winry Rockbell - Et voici notre CBiste du mois; Winry Rockbell encore ! La tavernière qui vous accueille à bras ouverts sur la CB ! J'espère qu'elle fait pas trop de bêtises là-bas...

Floodeur du mois
|- Winry Rockbell - La floodeuse du mois est encore Winry ! Pour avoir animé la section, elle reçoit ce titre. Elle a participé à divers sujets, à tel point que je ne m'y retrouve même plus !

Duo/Couple du mois
|- Winry & Pride - Le duo du mois! Ou plutôt devrais-je dire Sherlock et Watson ? On les voit souvent sur la CB tous les deux !

Membre du mois
|- Winry Rockbell - Le score ne fut pas serré; Winry est aussi notre membre du mois ! Pour sa bonne activité sur le forum, vous l'avez élue.D'autant plus qu'elle fournit toujours une aide précieuse au forum !
Voilà pour les résultats de février ! On fête l'année du cheval dans la joie et la bonne humeur ! Merci aussi à Kodah' pour les suggestions qu'il nous donne pour essayer d'améliorer le forum ! Ce sont des résultats auxquels on s'attendait bien hein ?

FullMetal Alchemist RPG : The Awakening

Un forum RPG du célèbre manga d'Hiromu Arakawa, basé sur le deuxième anime et sur le manga. Rejoignez-nous et confrontez-vous aux dangers que recèle Amestris !
 
AccueilFAQRechercherMembresPortailGroupesS'enregistrerConnexion
NOUVEAU FORUM EN CONSTRUCTION VEUILLEZ SUIVRE L'AFFAIRE DE PRES ! DANS LA SECTION ADEQUAT

Partagez | .
 

 Mélodie d'été

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar

MessageSujet: Mélodie d'été   Ven 3 Jan - 20:31

Mélodie d'été

With Alphonse

Winry regardait par la fenêtre de sa chambre. Le ciel était bleu, le soleil brillait, les arbres étaient vert... L'été était là. La jeune fille soupire, rêveuse. Elle se laissa glisser sur son bureau, poussant ainsi ce qu'elle était en train de faire, c'est à dire un automail. Elle ne s’arrêtait jamais et les rares fois où elle le faisait, elle contemplait le dehors.

Parfois, elle voulait juste ne rien faire. Rester ainsi, le regard plongé dans le vague. Mais hélas, elle ne pouvait guère le faire. Même si elle était sa propre patronne, les demandes étaient si nombreuses qu'elle devait travailler jours et nuits. Et même que de temps à autre elle ne dormait qu'une à deux heures par nuit. La mécanicienne avait les bras croisés sur la table de bois, un bois magnifique qui malheureusement était tâché par la graisse et l'huile. Sa tête reposait sur ses bras. Ses cheveux s'éparpillaient en un éventail doré sur la table de hêtre.

Elle ferma un instant les yeux, sourire aux lèvres, goûtant au soleil de la saison chaude. Il devait être midi. Son ventre commençait d'ailleurs à grogner, mécontent de ne pas avoir sa ration de nourriture. Mais la jeune fille ne bougea pas, comme si elle était devenue une statue. Elle resta ainsi durant plusieurs minutes avant d'ouvrir doucement les yeux et de s'étirer.
Winry devait se remettre au travail. Mais à vrai dire, elle n'en avait pas tellement envie.

La jeune femme blonde resta un instant à observer son futur chef-d'oeuvre en cours de fabrication. Elle pesait le pour et le contre. Puis finalement, elle se leva et descendit.

La maison était calme. Elle l'était toujours d'ailleurs. Peu de choses venaient troubler le silence de la campagne de Resembool. Et lorsque cela arrivait, on pouvait être sûr que ça restait dans les conversations pour les trois semaines qui suivaient.
Winry passa une main dans ses cheveux avant d'aller prendre un grain de raisin qui trônait fièrement dans une coupe en verre.

Elle posa une main sur la table et regarda dehors, encore une fois. Puis elle sourit de nouveau et sortit s'assoir sur le perron à attendre. Mais qu'y avait-il à attendre ? L'adolescente ignorait mais elle avait le pressentiment que quelqu'un allait venir.

Le temps passa un peu, le soleil déclinait doucement et elle s'était assoupie lorsque Den se mit à aboyer. Cela voulait dire que quelqu'un arrivait. Elle ouvrit les yeux et leva la tête pour apercevoir une grande silhouette au loin. Se levant d'un bond, elle se dirigea avec gaieté vers cette personne.

- Al ! cria-t-elle de joie.


Dernière édition par Winry Rockbell le Mer 22 Jan - 19:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 215
Date d'inscription : 13/11/2013
Age : 19
Localisation : Quelque part dans Amestris..

Fiche De Personnage
Points XP: 35 Points
Niveau: 01

MessageSujet: Re: Mélodie d'été   Dim 5 Jan - 0:23

Encore une fois. Il était ENCORE une fois parti de son côté, comme à son habitude. Je ne devrais peut être pas m'en plaindre, après tout, il faut que je le supporte tous les jours, parfois ce n'est pas vraiment facile, mais il reste tout de même mon grand frère. Ce n'est pas un monstre non plus, il est très gentil et attentionné avec moi. Lui et ses coups de colère, lui et ses "Je ne suis pas petit !" Celui qui avait sacrifié tant de choses pour moi.. C'était Edward, mon grand frère.

C'est ce matin, un beau jour de soleil en plein été, qu'il avait quitté la chambre que nous occupions à Central. La dernière chose qu'il m'avait dite c'était : "Al' je dois partir, c'est très important, ça concerne nos corps et la pierre, ne bouge pas je vais bientôt revenir !" Puis il s'était volatilisé, sans me donner le temps de répondre ou de proposer de l'accompagner. Alors j'avais attendu patiemment, en me baladant dans la ville, en discutant avec des passants, en achetant quelques objets utiles.. Puis j'étais rentré, et il n'était finalement pas revenu. Encore une autre promesse à la Edward ça ! Il a beau être énervant parfois, quand il n'est pas là, je me sens bien seul, je ne sais pas vraiment quoi faire sans lui, il est comme une partie de moi. Mais aujourd'hui c'est fini, je ne serais plus dépendant, oui car aujourd'hui je vais moi aussi partir sans lui. Je vais me rendre à Resembool.

Resembool, mon village d'enfance, celui où j'ai vécu tant de moments forts, aussi bien heureux que malheureux. J'étais donc parti le lendemain matin, laissant un petit mot sur la table du salon qui disait : "Comme tu n'es pas revenu, je vais rendre visite à Winry et Mamie Pinako, ne t'inquiète pas, tout va bien". J'avais ensuite pris la gare de Central pour me rendre dans mon petit village de campagne préféré. A travers la fenêtre du wagon, j'avais regardé les arbres verts défiler, les champs à perte de vue, les vaches brouter et après ce qui me parut être un long trajet, j'étais enfin arrivé à Resembool.
A chaque fois que je posais le pied dans mon village je ressentais quelque chose d'étrange et de totalement indescriptible. Un sentiment enfoui et enterré au plus profond de moi. J'évitais d'y penser et continuais de marcher à travers la campagne appréciant ce silence, comme si la nature elle-même retenait son souffle. Je filais au cimetière, j'y passais à chaque visite au village, ça me permet de réfléchir, de dire tout ce que j'ai sur le cœur. Je sais qu'elle m'écoute, qu'elle veille sur moi, ma défunte mère.. Je lui racontais tout ce qu'il s'était passé, les derniers événements avec Ed puis je me taisais enfin, et je décidais de repartir.

- Allez, il est temps de retrouver Winry et Mamie Pinako, elles m'ont manqué ces deux-là, enfin surtout Winry, et puis ses clés sans oublier ses tartes aux pommes, que je pourrais peut être manger un jour.. Me dis-je en me relevant et en m'éloignant de la tombe.

Je jetais un dernier coup d’œil au cimetière, puis je pris alors le chemin, que je connaissais par cœur, de la maison de Winry. Le soleil tapait fort, mais je ne le sentais pas chauffer ma peau, plutôt mon armure.. Ah, Winry.. Winry, notre amie d'enfance, cette fille blonde aux yeux bleus qui passait tout son temps à réparer les automails de mon frère, qui les cassait très souvent d'ailleurs. Elle est si gentille et si douce, enfin sauf quand elle me frappe avec sa clé ! Même si je ne sens rien grâce à mon armure. J'allais enfin la revoir. Sans même le remarquer j'accélérais ma marche et je fus bientôt arrivé à la maison qui se dressait juste devant moi. Et c'est là que je la vis, avant même d'entendre Den, son chien aboyer, comme il a l'habitude de faire à l'arrivée d'un invité. Elle se trouvait sur le perron, assoupie, ses  longs cheveux blonds cachant son visage. Den se mit à aboyer, elle releva alors la tête et accourut vers moi, un grand sourire aux lèvres, égayant ainsi son visage.

- Al ! cria-t-elle de joie.

Je lâchais la petite valise que j'avais emportée avec moi, et je la serrais fort dans mes bras. Si j'avais eu un cœur à ce moment là, il aurait été gonflé de joie. Nous restâmes ainsi quelques instants puis je la relâchais. Den me sauta dessus, je m'empressais alors de le caresser en riant. Puis je me retournais enfin vers Winry.

- Winry, ça fait tellement longtemps, tu m'as beaucoup manqué tu sais ! Comment est-ce que tu vas ? Tu ne travaille pas trop j'espère ? Lui dis-je, joyeux de voir qu'elle se portait bien.



In the Fullmetal Alchemist we don't say “I love you”. We give up our right arm for your soul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Mélodie d'été   Dim 5 Jan - 9:51

Mélodie d'été

With Alphonse

La grande armure qu'était Alphonse enlaça Winry qui rit de bon coeur. Ce qu'elle était contente de le revoir. Cela faisait si longtemps, combien ? Un mois, un an ? Elle ne savait pas mais c'était il y a longtemps qu'elle avait vu les visages de ses meilleurs amis. D'ailleurs, elle avait toujours le coeur un peu serré lorsqu'elle apercevait le casque sans émotion de son petit Al.
Mais le moment n'était pas aux larmes ni à la culpabilité mais bien à la joie des retrouvailles.
L'étreinte dura bien plus longtemps qu'elle ne l'aura cru. Elle était pressée contre le métal froid, cela ne la gênait pas vraiment.

Puis le moment le plus intime qu'elle avait eut avec un homme jusqu'à maintenant se brisa. Elle posa son regard doux sur un Alphonse qui caressait Den avant de lui sourire grandement encore une fois. Toute la campagne de Resembool allait encore parler de ces retrouvailles durant des semaines et des semaines. C'est qu'il ne se passait jamais rien ici ! Elle soupira doucement et posa les mains sur ses hanches.

- Mais oui je vais bien. Arrête de t'inquiéter pour moi ! dit-elle dans un élan d'exaspération.

C'était tout Al ça, il avait tendance à s'inquiéter pour tout le monde. Trop de stresse ce n'était pas bon, même pour une armure. Elle en savait quelque chose pour l'avoir lu dans un des livres de ses parents. Mais bon, passons les leçons de morales et demandons plutôt où se trouve Edward. D'habitude les deux frangins étaient toujours collés l'un à l'autre comme des frères siamois. Il était quand même assez rare de les voir séparés l'un de l'autre.
Mais ce n'était pas si mal au fond, elle n'aurait pas à se disputer avec le Fullmetal.

- Et toi, comment vas-tu ? Et puis ton frère, il est où ? Pas en train de massacrer mon auto-mail j'espère ?

En prononçant cette dernière phrase, elle sortit sa clé anglaise et frappa dans sa main d'un air presque menaçant. Mais Winry ne voulait en aucun cas frapper le gentil petit frère devant elle, en faite son élan d'agressivité était tourné vers l'aîné qui cassait vraiment trop ses chefs-d’œuvre à son goût. Aucun sens des responsabilités !

La jeune demoiselle rit encore avant de poser une main sur le bras d'Alphonse à défaut de pouvoir atteindre son épaule. C'est que cette armure était fichtrement grande !

- Et si nous nous baladions ? A moins que tu ne veuilles rester à la maison ?

Pour tout dire, la mécanicienne n'avait pas vraiment envie de rentrer chez elle tout de suite. Le soleil d'été l'attirait dehors et elle avait besoin de se dégourdir les jambes. Et puis surtout elle voulait entendre les récits d'Alphonse. Il contait si bien ses aventures, enfin, le peu qu'il en disait. Car oui, ces deux la ne lui disaient jamais rien et c'est bien pour cela qu'elle se faisait sans cesse un sang d'encre pour ces crétins.


Dernière édition par Winry Rockbell le Mer 22 Jan - 19:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 215
Date d'inscription : 13/11/2013
Age : 19
Localisation : Quelque part dans Amestris..

Fiche De Personnage
Points XP: 35 Points
Niveau: 01

MessageSujet: Re: Mélodie d'été   Dim 5 Jan - 16:41

Alphonse repensa à l'étreinte de Winry. Cela l'avait rendu tellement heureux de la voir, de lui parler, de la retrouver tout simplement, mais malgré ça, il n'avait même pas pu sentir la peau de Winry le toucher, ses longs cheveux le chatouiller et son parfum titiller ses narines. Il n'avait plus aucune sensations de son ancien corps.. Enfin, ne laissons pas des pensées négatives gâcher ce moment. Al la regardait sourire, il était soulagé car tout allait bien pour sa petite Winry. Elle mit ses mains sur ses hanches. Oh oh, la position de Winry en colère juste avant de frapper ! Non, tout va bien, tant qu'elle ne sort pas sa clé anglaise..

- Mais oui je vais bien. Arrête de t'inquiéter pour moi ! dit-elle exaspérée.

Ah bon ça va, si elle était énervée seulement pour ça, l'armure d'Al n'aurait pas à subir un choc de plus, enfin pour l'instant.. Sacrée Winry, il en avait presque oublié son caractère, toujours à s’inquiéter pour eux, mais eux, ils n'avaient même pas le droit de le faire ! Au moins il était sûr que tout allait bien ici, à Resembool. Parfois quand il est à Central il se demande comment vont les villageois et Winry à la campagne, il remercie même secrètement son frère d'user son auto-mail pour pouvoir rendre visite à Winry et par la même occasion vérifier si tout va bien sur place. Enfin bon, le principal, c'était que Winry aille bien.

- Et toi, comment vas-tu ? Et puis ton frère, il est où ? Pas en train de massacrer mon auto-mail j'espère ? demanda ensuite Winry en frappant la paume de sa main avec sa clé anglaise.

C'est là qu'Alphonse se rendit compte que Winry pouvait être très douce et gentille mais aussi vraiment très effrayante ! Elle faisait vraiment peur comme ça ! Il n'aurait pas aimé être Ed à ce moment là ! Alphonse pensa à son frère, encore parti à l'aventure on ne sait où, peut être même en train de se battre et donc d’abîmer son auto-mail. Bon deux solutions : n°1- Vendre Ed pour que Winry se venge la prochaine fois, il n'avait pas à l'abandonner tout seul ! ou n°2- Protéger son frère adoré, parce qu'il travaille dur pour retrouver nos corps, et il est peut être même en danger.. Coupant la réflexion profonde d'Alphonse, Winry posant sa main sur le bras de son armure.

- Et si nous nous baladions ? A moins que tu ne veuilles rester à la maison ? proposa t-elle à Al.

Encore une fois, Alphonse remarqua la douceur de Winry. Al la connaissait bien, il savait qu'elle n'avait pas arrêté de bosser sur ses auto-mails, peut être même toute la nuit, la chaleur du soleil lui ferait le plus grand bien. Et il pourrait tout lui raconter en marchant. Enfin, pas tout. Seulement certains éléments pour ne pas qu'elle s'inquiète de trop. Les détails sans batailles ou d'autres choses dangereuses.

- Oui, allons nous promener, il fait beau aujourd'hui, profitons-en !, dis-je en levant les bras vers le soleil.

Alphonse prit le temps de poser sa valisette sur la table puis il repartit vers Winry pour glisser son bras sous le sien. Ils prirent le chemin qui s'éloignait de la maison Rockbell, tous deux joyeux, et Al commença à réfléchir à ce qu'il allait pouvoir révéler.

- Tout va bien pour nous du côté de Central, nous continuons les recherches, même si nous n'avons pas de résultats très fructueux. Mais il faut continuer, nous ne perdons pas espoir Ed et moi tu sais. D'ailleurs.. Nous avons trouvé une piste, il y a deux jours, alors on a décidé de partir l'explorer. Mais tu sais.. c'est tout près alors.. on s'est dit que seulement un de nous deux serait capable d'enquêter sans l'autre. C'est pour ça que je suis là, pour prendre des nouvelles, savoir si tout va bien et vous dire que nous avançons peu à peu. Donc tu vois, ne te fais pas de soucis pour ton auto-mail, Ed va en prendre soin. Mais toi, raconte moi, quelles sont les nouvelles depuis la dernière fois que nous sommes venus ici ? lui expliquais-je de mon air le plus innocent.



In the Fullmetal Alchemist we don't say “I love you”. We give up our right arm for your soul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Mélodie d'été   Dim 5 Jan - 19:06

Mélodie d'été

With Alphonse

Le fait qu'Alphonse veuille bien rester dehors enchanta la mécanicienne qui sourit de plus belle et rangea sa clé anglaise. Elle réarrangea rapidement ses cheveux derrière ses oreilles, ils la gênaient, et suivit la grande armure jusqu'au perron. Là, elle l'attendit dehors. Il était allé poser sa valise.

La jeune fille chantonnait doucement un air qu'elle avait entendu à la radio. Il n'était pas triste mais de la à dire qu'il était joyeux. Elle ne se rappelait plus le nom de la mélodie mais elle la trouvait très belle. Alors en attendant qu'Al aie finit de faire ce qu'il avait à faire, elle chantonnait en harmonie avec le vent. lorsqu'il revient, il passa son bras sous celui de la jeune fille et ils partirent tous deux, joyeux lurons.

Ils s'éloignaient de plus en plus de la maison Rockbell sur un chemin qu'elle ne connaissait que trop bien. Il traversait les champs verts peuplés de diverses cultures et de divers élevages. Ils pouvaient apercevoir les habitants de Resembool travailler leurs champs avec gaité, l'été ici étant toujours joyeux.

Winry écouta ce qu'Alphonse avait à lui dire, c'est à dire pas grand chose. Elle savait très bien qu'il omettait tout un tas de truc pour soit disant ne pas l'inquiéter. Si avant elle ne disait rien, aujourd'hui elle avait envie de savoir tous les détailles de leur vie dangereuse ?
La jeune fille soupira, montrant ainsi son mécontentement.

Elle lâcha Alphonse et s'étira brièvement avant de sortir du sentier battu et d'aller se poser sous un arbre. Elle fixait Al avec reproches. Pourquoi ne voulaient-ils jamais rien lui dire ? Elle n'allait tout de même pas les manger ni même dévoiler leur secret ! D'ailleurs, elle l'aurait déjà fait si elle n'était pas une personne de confiance. Mais non, les garçons s'obstinaient à ne rien dire...
L'adolescente croisa les bras.

- Oh, tu sais, ici il ne se passe jamais rien, dit-elle d'un ton rapide et presque glacial.

Elle laissa un silence pesant passer avant de continuer d'un ton toujours aussi chargé de reproches:

- En prendre soin dis-tu ? Combien veux-tu parier qu'il va se retrouver avec le bras arraché ou quelque chose dans le genre ? C'est quoi la vie que vous menez ? Et puis pourquoi vous ne me dites jamais rien ? Je dérange, c'est ça !

Elle avait posé sa dernière question en hurlant. Non, elle ne voulait pas s'énerver contre le gentil Alphonse mais trop c'était trop ! Elle croisa les bras avant de se pincer l'arrête du nez. Ce n'était pas bon, pas bon du tout de s'énerver contre lui, surtout qu'il venait gentiment lui rendre visite.

Puis elle reprit sur un ton plus léger cette fois:

- Dis moi, côté filles, vous en êtes où ?

Elle ricane et s'assoit, dos contre le tronc de ce grand arbre. Cette question qui dérangeait tous les hommes de n'importe quel âge. Et puis, ça détendait un peu l'atmosphère tendue qu'elle avait créé..


Dernière édition par Winry Rockbell le Mer 22 Jan - 19:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 215
Date d'inscription : 13/11/2013
Age : 19
Localisation : Quelque part dans Amestris..

Fiche De Personnage
Points XP: 35 Points
Niveau: 01

MessageSujet: Re: Mélodie d'été   Sam 11 Jan - 18:41

Ils se mirent donc en route à travers les champs verts, parsemés d'arbres à perte de vue, où ils apercevaient les paysans qui s'occupaient de leur champs ou bien de vaches qui broutaient l'herbe verte et rase. Les agriculteurs suaient à cause du soleil qui tapait fort cet après-midi mais ils souriaient tout de même et saluaient les deux jeunes gens à leur passage. Comme le disait toujours Winry, ils parleraient du retour d'Alphonse pendant des semaines ! Tout en marchant, il se mit à lui raconter les derniers événements de leur aventure, à lui et à son frère Ed. Il évitait de raconter certains détails, comme à son habitude pour ne pas effrayer Winry, déjà qu'elle s'inquiétait vraiment beaucoup beaucoup trop.. Il en était même devenu très adroit à raconter ses histoires. Il rajoutait des petites choses drôles par ici, d'autres petites choses concernant la mécanique par là, il savait que ça plairait à Winry ce genre de sujets car c'est seulement dans ces moments là qu'elle souriant pleinement et qu'elle avait des étoiles dans les yeux. Seulement dans ces moments là, qu'Al voyait Winry heureuse. Mais elle était aussi joyeuse quand elle revoyait Ed, enfin, sauf quand il venait pour faire réparer son auto-mail..

Winry, lâcha brusquement le bras d'Alphonse auquel elle était pendue depuis le début du chemin, s'étira de tout son long, sûrement pour dégourdir ses muscles qui avaient du "travailler" toute la nuit sur un nouvel auto-mail pour le corps d'Edward. Elle se posta ensuite sous un arbre au milliers de feuilles, aussi vertes les unes que les autres et fixa Al avec un regard dont il crut comprendre le sens. Evidemment, elle n'était pas dupe, elle devait bien savoir qu'il ne disait pas tout ! D'ailleurs elle le faisait bien comprendre au pauvre Al ! Winry croisa les bras, en position de mécontentement. Refusait-elle de lui parler maintenant ? Lui qui était si content de la retrouver !

- Oh, tu sais, ici il ne se passe jamais rien, dit-elle d'un ton qui aurait pu glacer n'importe quelle personne.

Un silence pesa sur les deux jeunes gens, Al trop gêné pour parler, n'osa pas le briser. Puis Winry ne laissant pas le temps à Al de répondre, continua sa phrase.

- En prendre soin dis-tu ? Combien veux-tu parier qu'il va se retrouver avec le bras arraché ou quelque chose dans le genre ? C'est quoi la vie que vous menez ? Et puis pourquoi vous ne me dites jamais rien ? Je dérange, c'est ça ! continua t-elle en hurlant.

Et voilà quel idiot, il l'avait froissé ! Il n'aurait peut être pas du venir tout compte fait.. Il prenait toujours les mauvaises décisions sans son frère, et il s'en rendait compte seulement maintenant ? Elle pinça l'arête de son nez et sembla légèrement se radoucir, ce qui apaisa un peu Alphonse. Ils pourraient peut être discuter en fin de compte. Mais ce qu'elle dit ensuite, gêna Alphonse au plus haut point, il en aurait même rougit si il en avait eu les capacités.

- Dis moi, côté filles, vous en êtes où ? finit-elle par dire en ricanant puis en s'asseyant contre le tronc de l'arbre auquel elle était appuyée auparavant.

Il se dandina, d'une jambe à l'autre, ne sentant plus vraiment où se mettre. Il se remémora toutes les questions de Winry et tenta d'y répondre une par une, sans toutefois l’énerver encore plus qu'elle ne l'était. Il commença donc :

- Tu sais Winry, Ed ne fait pas exprès, il se bat comme un diable pour essayer de retrouver nos corps, tu ne peux pas lui en vouloir pour ça. Nous nous somme jurés d'y arriver, à n'importe quel prix. C'est vrai qu'il pourrait faire des efforts mais comprends le aussi, ce n'est pas facile.. Et puis, nous ne pouvons pas vraiment tout te raconter, il y a des choses que personne ne doit savoir, des choses vraiment dures et confidentielles Winry, ne prends pas ça pour toi. Un jour, nous te dirons tout, c'est promis. Niveau fille..? Ben tu sais.. Moi, je suis une énorme armure alors, je n'attire pas vraiment l'attention du sexe opposé.. Et tu sais comment est Ed, avec son caractère et sa petite taille, ne lui répète pas s'il te plaît, il ne marque pas vraiment de points non plus.. Et je dois t'avouer que.. Il t'apprécie vraiment beaucoup tu sais, enfin qu'est-ce que je raconte moi ! Et toi Winry, jolie comme tu es, les prétendants ne doivent pas manquer n'est-ce pas ? lui répondit-il souriant.

Il vint à son tour s'assoir près d'elle à l'ombre du grand arbre et attendit sa réponse avec impatience..



In the Fullmetal Alchemist we don't say “I love you”. We give up our right arm for your soul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Mélodie d'été   Sam 11 Jan - 23:05

Mélodie d'été

With Alphonse

Winry regarda Alphonse avec sévérité. Ne pas tout lui raconter ? Ils ne pouvaient pas ? Ils pensaient donc qu'elle ne savait pas tenir un secret. Pourquoi cela ne l'étonnait pas ? Elle savait bien, elle était au courant. Oui, au plus profond d'elle même elle savait qu'ils ne lui diraient jamais rien car elle n'était pas leur soeur. Il n'y avait pas ce lien de famille entre eux, et même si elle les considérait comme ses frère, ce n'était pas réciproque. Il était donc normal qu'ils ne veuillent rien lui dire.

La jeune fille secoua la tête, un sourire triste aux lèvres. Qu'elle était pathétique de croire qu'un jour ils lui raconteraient. Elle se faisait du soucis, mais ça aussi ils ne devaient pas le savoir. La jeune fille se promettait désormais de ne plus rien demander. S'ils voulaient lui raconter, qu'ils le fassent mais la demoiselle n'irait plus se battre avec eux pour avoir des réponses à ses questions. Elle resterait dans l'ignorance puisque c'est ce qu'ils voulaient.

Ah, voilà qu'elle voulait pleurer, pleurer parce qu'elle venait enfin de réaliser à quel point elle ne servait à rien d'autre qu'à leur faire des ennuis. Mais elle retint ses larmes, préférant ne pas inquiéter Alphonse. Après tout il était là pour passer un bon moment avec elle, alors au placard les mauvaises paroles et émotions.

Elle aller faire semblant, pour une fois, elle allait mentir au cadet Elric. Lui faire croire qu'elle était satisfaite de ses réponses malgré le fait que non, elle n'était pas satisfaite. Elle voudrait hurler, encore et encore, hurler sa colère mais surtout sa peine. Ils prenaient trop de risques. Oh bien sûr elle voulait qu'Al retrouve son corps mais pas au prix de leur vie !

- Ah, ah, dit-elle, imitant un rire ironique, c'est sûr qu'en plus d'être court sur pattes il a mauvais caractère. C'est moins facile pour séduire.

Elle laissa ensuite échapper un vrai rire mais moins sincère que celui qu'elle avait émit il y avait de cela une petite demi heure. Ses pensées étaient moroses et même si le fait qu'Al soit là la déridait un peu, elle n'arrivait pas à chasser cette vérité.
La demoiselle soupir avant de s'étirer un peu et de caler sa tête contre le bras du petit Alphonse.

- Tu parles, les gens ont bien autre chose à faire que de venir voir une personne comme moi, ermite et tarée sur les bords comme ils disent.

Il était vrai qu'à part ses clients Winry ne voyait pas grand monde. Elle n'avait donc pas l'inquiétude d'avoir des rôdeurs autour d'elle. Et puis qui venait l'énerver avec ces histoires finissait pas s'en mordre les doigts. Elle ferma les yeux un instant mas les rouvrit de suite, se souvenant de ce que venait de dire Alphonse.

- Comment ça il tient à moi ? Tu me charries là ? A chaque fois que je le croise il trouve un prétexte pour me râler dessus, en plus il m'exploite comme une esclave. Et tu dis qu'il tiens à moi ? Non mais je veux des preuves !

Cela l'intriguait grandement. Edward se montrait toujours orgueilleux et distant avec elle. Il ne pouvait pas tenir à la jeune femme qu'elle était, si ? Ou alors c'était uniquement parce qu'elle était sa mécanicienne et amie d'enfance. Oui, c'est cela, il devait prendre ça comme un devoir ou quelque chose dans le genre. Rassurée, la fille Rockbell revient à sa place initiale, contre le tronc de l'arbre, à regarder les nuages tout en écoutant les récits fabuleux du cadet Elric.


Dernière édition par Winry Rockbell le Mer 22 Jan - 19:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 215
Date d'inscription : 13/11/2013
Age : 19
Localisation : Quelque part dans Amestris..

Fiche De Personnage
Points XP: 35 Points
Niveau: 01

MessageSujet: Re: Mélodie d'été   Lun 13 Jan - 17:47

Mélodie d'été

With Winry Rockbell


Toujours assis dos à l'arbre, Winry se tourna vers Alphonse et le regarda sévèrement. Elle secoua ensuite sa tête et un sourire triste apparut sur ses lèvres. Oh non, Winry.. Al ne voulait pas lui faire de mal en lui rendant visite, il voulait juste qu'elle soit heureuse, juste ça. Jamais les deux frères n'avaient voulu lui faire du mal. Mais elle ne comprenait pas.. Elle ne savait pas que si ils ne lui disaient pas certaines choses, ce n'était ni un manque de confiance, ni un gêne ou autre mais seulement dans le but de la protéger et de ne pas l'inquiéter. Lui aussi parfois, avait envie de raconter ses problèmes à quelqu'un d'autre qu'Edward, quelqu'un d'extérieur qui n'avait pas du tout le même avis ou la même vision des choses. Mais il ne pouvait pas le faire. De grandes choses étaient en jeu, ils ne pouvaient pas prendre le risque de tout dévoiler à une civile, pour son propre bien. Et ils se l'était promis, l'un à l'autre, que jamais plus personne ne ferait de mal à un de leurs proches. Plus jamais ! C'était terminé.

- Ah, ah, dit-elle, imitant un rire ironique, c'est sûr qu'en plus d'être court sur pattes il a mauvais caractère. C'est moins facile pour séduire.

Si Ed l'entendait ! Al l'imagine déjà, taper du pied et répéter : "JE NE SUIS PAS PETIT !" C'est vrai que son frère avait toujours été plus petit que la grande armure, comme s'il ne grandissait pas. Mais il détestait qu'on lui fasse remarquer. Car effectivement, il a aussi un TRÈS mauvais caractère ! Il n'en fait qu'à sa tête et n'obéit jamais aux ordres ! Des fois, Al se rend compte qu'ils sont vraiment différents ces deux-là. Winry se mit à rire, ce qui réchauffa le cœur d'Alphonse. Puis elle s'étira encore une fois, et cala sa tête sur le bras d'Alphonse. Il se demanda un instant si l'armure en fer était confortable, mais il n'y prêta pas une grande attention. Il était content que Winry soit un peu moins triste.

- Tu parles, les gens ont bien autre chose à faire que de venir voir une personne comme moi, ermite et tarée sur les bords comme ils disent, ajouta t-elle ensuite.

Parfois, Al comprenait les villageois. Winry passait son temps à construire de nouveaux auto-mails et ne sortait presque jamais. Sauf quand elle se dégourdissait les jambes au soleil ou qu'Ed et Al venait lui rendre visite, ce qui était assez rare, et en plus, c'était bien souvent pour taper sur la tête d'Ed qui venait faire réparer son bras complètement détruit ou abîmé. Mais ce n'était pas une raison, Winry était tout de même une très jolie jeune fille, avec ses longs cheveux blonds et ses magnifiques yeux bleus et elle était si gentille !

- Comment ça il tient à moi ? Tu me charries là ? A chaque fois que je le croise il trouve un prétexte pour me râler dessus, en plus il m'exploite comme une esclave. Et tu dis qu'il tiens à moi ? Non mais je veux des preuves ! dit-elle soudainement, ce qui surprit légèrement Al.

Mais qu'est-ce qu'il était allé raconter là ? Dans quoi s'était-il engagé ? Si Ed savait qu'il avait dit ça, il l'aurait tué ! Il fallait tout de suite qu'il se rattrape, qu'il trouve autre chose à dire. Il réfléchissait.. Que pouvait-il lui raconter, sans parler d'Ed et ses sentiments ? Oh, et puis après tout, il n'avait qu'à lui dire la vérité, Winry avalait assez de mensonges comme ça, il fallait arrêter. Il se lança alors dans de nombreuses explications, tandis que Winry repris sa place contre le tronc de l'arbre, levant la tête pour observer le ciel et le nuages qui se déplaçaient lentement.

- Si il t'entendait dire ça Winry ! Il s'énerverait à coup sûr, tu le connais bien, il n'aime pas qu'on lui fasse remarquer, alors avec les filles.. C'est plutôt difficile. Mais il trouvera bien quelqu'un quand toute cette histoire sera finie, j'en suis sûr, tu verras. Tu n'es pas tarée Winry, tu es une personne extraordinaire. Tu es si gentille et tu travaille trop ! Tu le sais bien, il faut que tu t'arrête de temps en temps et que tu sorte un peu, ça te ferait du bien je pense. Mais t'inquiète pas, tu restera notre petite Winry préférée quoi que tu fasse ! Mais bien sûr qu'il tient à toi Winry et tu le sais ! Ed a toujours été comme ça avec tout le monde, il a du mal à communiquer avec les gens, ce n'est pas contre toi. Mais au fond de lui, il t'apprécie vraiment je peux te l'assurer. Il n'aime pas te voir souffrir ou pleurer, ça le rend vraiment très mal quand c'est le cas ! Je te le garantis Winry, Ed t'aime vraiment comme une sœur, si ce n'est plus. expliqua t-il.

Que venait-il de dire ? Il allait en entendre parler pendant des jours ! Et si Ed l'apprenait.. D'ailleurs il ne préférait même pas y penser ! Il se mit enfin, lui aussi à regarder les nuages passer, espérant que Winry ne le torturerais pas pour qu'il en dise plus, après tout, lui-même ne savait pas vraiment tout ce que ressentais Ed ! C'était seulement un pressentiment, voilà tout.


Anonymous EDIT : Oh Alphonse... Je t'aime.



In the Fullmetal Alchemist we don't say “I love you”. We give up our right arm for your soul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Mélodie d'été   Lun 13 Jan - 19:47

Mélodie d'été

With Alphonse

La jeune fille se tait un instant. Elle était perdue dans la contemplation des nuages qui défilaient avec grâce dans ce ciel si bleu. Bleu... une couleur qui était liée au rêve et à la sagesse. les gens qui avaient les yeux bleus, disait-on, étaient des êtres sages et emplit de bonté. Elle ne partageait pas ce point de vu. Alphonse était une personne sage et bonne, pourtant il n'avait pas les yeux bleus... Ce garçon, il était si gentil, toujours à s'inquiéter pour les autres et à les défendre. Surtout son frère qui avait plutôt un côté borné, téméraire si on prenait en compte qu'il revenait tout le temps le bras cassé et trop égoïste. Ou alors il ne montrait pas sa bonté...

Winry soupir et tend une main vers le ciel, comme si elle voulait attraper un nuage. la présence d'Alphonse lui faisait du bien. Et même malgré le fait que cette visite aurait pu tourner au massacre, il avait gardé son calme et sa gentillesse. Il n'était qu'un enfant et pourtant Winry le voyait comme un adulte accomplit, si mûr dans ses propos, au contraire de son frère qui pourtant était l'aîné. Comme quoi, des fois, l'âge ne rendait pas plus sage.
Mais la jeune fille était heureuse de le savoir en de bonne compagnie, car que ferait-il sans Alphonse qui était comme son ange gardien ? Certes, il arriverait à se débrouiller mais ferait tant de bêtises idiotes... La mécanicienne, même si en la présence du Fullmetal elle ne le montrait pas, s'inquiétait plus que grandement pour ces frères.

Chaque soir elle se demandait où ils étaient, chaque matin elle espérait qu'ils étaient encore en vie et à chaque fois qu'elle frappait le métal avec force, elle pensait à ces deux garçons en vadrouille quelque part et parfois elle laissait échapper une larme de nostalgie de ce temps où ils étaient enfants.
La jeune demoiselle sortit avec douceur de ses pensées pour se concentrer plus sur la longue réponse d'Alphonse. Il y avait défendu avec brio son aîné et il en avait même dit un peu trop.

Un sourire se dessina sur les lèvres de la blonde. La présence d'Al lui permettait d'oublier tout ce à quoi elle pensait avant, le fait qu'ils ne veuillent rien lui dire, le fait qu'elle soit inutile. Elle se sentait quelqu'un en la présence de ce garçon qui était la bonté incarnée.
Elle cueillit une fleur blanche, une marguerite, et la monta jusqu'à ce qu'elle croise son regard.

- Alors comme ça il tient plus à moi qu'en tant que simple soeur ? Alphonse, il faudra que je t’apprenne à en dire moins si tu ne veux pas être dans l'embarras la prochaine fois, dit-elle sur un ton amusé.

Mais ce qu'il avait dit touchait grandement la demoiselle qui elle aussi tenait beaucoup à Edward, bien plus qu'elle ne voulait se l'admettre. Elle soupira doucement et commença à arracher les pétales de la fleur, un à un.

- Il m'aime, un peu... beaucoup... passionnément... à la folie... pas du tout...

Et elle continua ainsi jusqu'à ce que le dernier pétale ne parte, emmené par le vent doux de l'après-midi. La fleur devait sûrement mentir, comme Alphonse même si elle voulait croire le contraire. Et puis d'ailleurs, faire ce qu'elle venait de faire était tout simplement puéril ! Elle jeta rageusement la tige nue de la fleur avant de croiser les bras, telle une enfant qui n'avait pas eu ce qu'elle voulait.

- C'est n'importe quoi ces choses là ! Comment il peut m'aimer à la folie ?! Non mais j'y crois pas ! Alphonse, dit-elle ensuite en se tournant vers l'armure qu'elle avait un peu délaissé, raconte moi tout ! Je veux tout savoir de ses sentiments pour moi ! Sinon, je m'en vais le trouver au fin fond d'Amestris s'il le faut. Et tu sais très bien que je suis capable de le faire !

Elle reprit son souffle et soupira encore. C'était tout simplement impossible que cet homme tenait à elle autant que ça ! Il fallait voir son attitude à son égard pour le deviner ! Dès que leurs regards se croisaient, on pouvait être sûr qu'ils déclencheraient une guerre. Et ça hurlait dans toute la campagne si calme pourtant, et ça frappait, lions enragés. Alors comment pouvait-il tenir à elle ? Tout bonnement impossible !
Et pourtant elle savait très bien qu'Alphonse ne mentait pas... enfin si, il mentait souvent mais pas sur ces choses là ! Ou alors il était devenu sacrément sadique... mais pourquoi fallait-il qu'elle se fasse tant de films ?! Elle ne pouvait pas tout simplement admettre l'impossible ?

Edward tenait à elle... Rha non ! Elle n'arrivait pas à l'admettre ! Voilà qu'elle en venait à serrer les poings de contrariété.

- C'est impossible ! hurla-t-elle enfin après bien dix minutes de réflexion intense.

Elle regarda Alphonse, ahurie avant de rapidement se reprendre.

- Je ne travaille pas trop, c'est vous qui prenez trop de risques alors il faut bien que je canalise mon énergie et puis rho ça m'énerve !

Voilà qu'elle venait de débiter cette phrase à une vitesse incroyable. Elle l'avait dite pour changer, ou du moins essayer, de sujet bien qu'elle voulait absolument avoir les réponses à ses questions.


Anonymous EDIT : Oh Winry.. Moi aussi.


Dernière édition par Winry Rockbell le Mer 22 Jan - 19:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 215
Date d'inscription : 13/11/2013
Age : 19
Localisation : Quelque part dans Amestris..

Fiche De Personnage
Points XP: 35 Points
Niveau: 01

MessageSujet: Re: Mélodie d'été   Mer 15 Jan - 17:46

Mélodie d'été

With Winry Rockbell


Alphonse entendit Winry soupirer et il la vit tendre le bras vers le ciel bleu d'été constellé de nuages blancs, ressemblant à un troupeau de moutons. Voulait-elle attraper les nuages ? Ah si c'était seulement possible, de pouvoir s'envoler ainsi, comme les sombres nuées d'oiseaux qui passaient, voler parmi les nuages et oublier tout ses problèmes.. Un sourire s'épanouit sur le beau visage de Winry. Elle baissa le bras et arracha une jolie fleur blanche, une marguerite se dit-il. Beaucoup de ces fleurs là poussaient dans les champs de Resembool. Les champs étaient remplis des points blancs, tâchant une mer d'herbe verte. Elle leva cette fleur au niveau des ses magnifiques yeux bleus.

- Alors comme ça il tient plus à moi qu'en tant que simple sœur ? Alphonse, il faudra que je t’apprenne à en dire moins si tu ne veux pas être dans l'embarras la prochaine fois, dit-elle sur un ton amusé.

"Mince ! Mais qu'est ce qui m'a pris ?" se dit Alphonse. Une chose était sûre, si Winry répétait tout à Edward il ne voudrait même plus lui adresser la parole ! Oh, et puis après tout, vu le problème de communication qu'avait Ed, il fallait bien que quelqu'un l'aide à se dévoiler, non ? C'est pour ça qu'Al était là, en tant que frère, il devait l'aider dans n'importe quelle situation, alors si avouer tout à Winry pouvait l'aider, pourquoi ne pas le faire ? Al savait bien que son grand frère n'était plus un "bébé" mais il ne le maternait pas voyons ! Au moins, ça amusait Winry et ça c'était vraiment une bonne chose. Parce que depuis qu'il était arrivé à Resembool aujourd'hui, Winry était passé de la joie des retrouvailles, à la colère des secrets de leurs aventures et enfin à l'amusement ! Al ne comprendra donc jamais rien aux filles décidément ! Elle soupira, une nouvelle fois, et se mit à retirer les pétales blancs de la marguerite, un à un, tout en récitant :

- Il m'aime, un peu... beaucoup... passionnément... à la folie... pas du tout...

Elle finit pas arracher tous les pétales de la fragile petite fleur. Le dernier s'envola au loin.. Lui, au moins pouvait voler se dit Alphonse. Il partirait, parcourant les champs et se poserait tranquillement au milieu des autres fleurs pour s'éteindre et redevenir poussière.. Comme.. Alphonse secoua la tête. Non il s'était juré de ne plus y penser, de ne plus penser à ce jour funeste. Un geste de Winry ramena Al sur terre, coupant court à ses pensées. Elle avait jeté avec violence la tige sans pétales de la marguerite et avait croisé les bras sur sa poitrine, l'air boudeur.

- C'est n'importe quoi ces choses là ! Comment il peut m'aimer à la folie ?! Non mais j'y crois pas ! Alphonse, dit-elle ensuite en se tournant vers l'armure qu'elle avait un peu délaissé, raconte moi tout ! Je veux tout savoir de ses sentiments pour moi ! Sinon, je m'en vais le trouver au fin fond d'Amestris s'il le faut. Et tu sais très bien que je suis capable de le faire !

Winry soupira, pour la troisième fois depuis tout à l'heure. Apparemment la conversation qui tournait autour d'Ed l'énervait ! Al était amusé, le sujet ne tournait qu'autour de lui depuis qu'ils s'étaient assis à cet arbre et elle avait déjà soupiré trois fois ! Décidément ces deux là n'arrêtaient pas ! L'un parti à l'aventure au fin fond du pays, qui criait tout le temps et n'obéissait pas et l'autre, toujours enfermée dans sa chambre, qui criait quand le dernier revenait les bras en morceaux ou quand on parlait de lui. Ils allaient vraiment bien ensemble en fin de compte. Et voilà qu'elle serrait les poings ! Et bien décidément, heureusement qu'il ne se trouvait pas là en ce moment le pauvre !

-C'est impossible ! hurla-t-elle enfin après bien dix minutes de réflexion intense.

Elle regarda Alphonse ahurie.

- Je ne travaille pas trop, c'est vous qui prenez trop de risques alors il faut bien que je canalise mon énergie et puis rho ça m'énerve !

Elle dit cette phrase comme si elle avait voulu changer du sujet. Tant mieux se dit Alphonse, il n'aurait peut être pas à répondre aux questions gênantes comme ça ! Quoique.. Non il préférait que tout soit dit maintenant et qu'il en finisse. Ce n'était pas la mort non plus après tout ! Enfin un Ed énervé doublé d'une Winry en colère, ça y ressemblait vraiment beaucoup ! Il réfléchit alors encore une fois à ses paroles, et répondit aux questions d'une traite pourtant calme et posé.

- Tu sais Winry, je ne suis pas dans son cœur mais je sais qu'il tient vraiment à toi, plus qu'à une sœur. Je ne veux pas te faire de faux espoirs mais je le sens au fond. C'est peut être parce qu'on est liés tu sais, je ressens des choses fortes quand vous êtes ensemble. Oui, je suis vraiment nul à tout te raconter comme ça, ça devrait être à lui de te dire tout ça. Mais je sais qu'il est timide face à toi. Bien sûr que non Winry tu n'iras pas le trouver là où il est ! Je te jure, je t'ai dit tout ce que je savais Winry, après comme je viens te le dire je ne sais pas ce qu'il ressent vraiment envers toi, la meilleur solution serait de lui demander la prochaine fois que tu le verras, sans l'énerver.. Winry, tu sais très bien que tu travaille trop, même Mamie Pinako le dit, tu ne dors presque pas, sois raisonnable, je tiens à ce que tu vives encore longtemps moi ! dit-il à Winry sincèrement.

Alphonse espérait vraiment avoir répondu aux questions de Winry, et espérait aussi avoir effacé ses doutes. Enfin, tout se jouait entre Edward et Winry, il ne voulait pas s'immiscer dans le "relation". "Vu comment est Ed, ça promet !" se dit Alphonse en riant.



In the Fullmetal Alchemist we don't say “I love you”. We give up our right arm for your soul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Mélodie d'été   Mer 15 Jan - 18:29

Mélodie d'été

With Alphonse

La douce Winry, décidément ce mot sonnait faux pour la qualifier et était carrément une hyperbole, soupira une quatrième fois. Non, vraiment, le sujet "Edward a les yeux bleus et il tient à moi" lui prenait toute son énergie et sa capacité intellectuelle. La jeune demoiselle ne savait plus quoi penser. Il fallait qu'elle se calme, c'était une bonne idée, et qu'elle analyse lentement, très lentement.

Tout d'abord, il tenait à elle, ça c'était pas évident à prouver et elle n'arrivait pas à l'admettre c'était une chose. Mais Alphonse aussi tenait à elle ! Enfin... elle croyait. Bref, ensuite, il la considérait comme une soeur, un point positif qui venait lui remonter un peu le moral. Mais le "il tient plus à toi que comme une simple soeur" était l'énigme complète ! Ah mais... elle n'avait pas déjà disserté là dessus il y a dix minutes ?
Et voilà, ce crétin blond lui faisait perdre les pédales et son sens si réfléchit.

La mécanicienne ferme les yeux un instant avant d'exploser de rire. Un rire franc. Al devait sûrement se demander ce qui la poussant dans une telle hilarité mais pour le moment, elle ne pouvait guère s'expliquer. D'ailleurs, elle riait tellement qu'elle venait à en avoir mal aux côtes et reprenait difficilement sa respiration.
Ce fou rire soudain dura bien trois minutes où elle passa du blanc porcelaine au rouge tomate. Elle pleurait tellement ce qu'elle venait d'entendre de la part d'Alphonse était drôle.

Une fois plus ou moins calmée, elle passa une mains sur ses yeux pour en chasser les larmes et posa son regard hilare dans celui de la grande armure vide mais bien vivante.

- Lui ? Timide ? C'est la meilleure Alphonse ! Non, vraiment, aujourd'hui je sais pas ce qu'il t'arrive mais t'es drôle ! T'as mangé un clown ce matin toi, nan ?

Elle laissa un blanc, histoire de reprendre son souffle et de se remettre de son rire soudain. La jeune femme se remémora les paroles d'Al, comme elle le faisait depuis le début de cette conversation, et tiqua sur quelque chose en particulier.

- Tu peux ressentir ses émotions ? Comment c'est possible ? Et puis non, désolée, je ne lui demande rien, s'il m'aime qu'il vienne se déclarer.

Et voilà, elle venait enfin d'admettre la vérité. Winry resta muette durant quelques instants avant de hurler à nouveau. Ce ne serait pas étonnant qu'elle perde l'usage de la voix après cela:

- M'aimer ?! Du verbe aimer ?! Il m'aime ? Impossible... Enfin si... Mais pourquoi moi ? Alphonse, aide moi ! S'il te plait ! Je ne sais pas quoi faire !

Complètement paniquée, la jeune femme s'était levée et venait d'agripper le cadet Elric par les bras et le secouer, ou tenter, comme un prunier. Il ne fallait cependant pas négliger la force de la demoiselle qui, même sous ses apparences frêles, s'avérait être musclée.

- Attend, non, dit-elle plus calme, tu dis que tu ne veux pas me faire de faux espoirs ? Alors c'est qu'un quiproquo, c'est ça ? Il tient beaucoup à moi mais c'est tout, pas de sentiments autres ? demanda-t-elle ensuite, une pointe de déception dans la voix.

Certes, cela faisait des années qu'elle ne voulait pas l'admettre mais Winry regardait Edward avec bien plus de passion que lorsqu'elle réparait un automail. Et puis lorsqu'il revenait le bras en compote, elle se demandait toujours comment il avait fait et s'il allait aussi bien qu'il le prétendait. Et puis il y avait aussi cette gêne qu'elle ressentait en voyant son torse nu, et ce n'était pas de sa faute d'essayer de penser à autre chose, lorsqu'elle lui réparait le bras.

La belle blonde déboussolée par ses propres réflexions regarde encore Alphonse dans les yeux. Elle lâche ses bras et laisse tomber ses membres le long de son corps.

- C'est triste parce que... parce que moi...

Elle hésitait à prononcer cela mais il fallait que ça sorte sinon elle risquait d'exploser. La jeune fille prend une grande inspiration et rougit de plus belle. elle serrait maintenant les poings, gênée par ce qu'elle allait dire. Certes, cela aurait été plus intelligent de l'avouer en face du principal concerné mais... Dés qu'ils se retrouvaient face à face c'était pour se battre et se hurler dessus. Impossible d'avoir une conversation civilisée avec cet alchimiste borné aux problèmes de communication.
Puis elle se lança enfin, murmurant à une vitesse folle ces quelques mots révélateurs de ses sentiments envers le nabot rouge pas si nabot que ça si on regardait de plus près.

- Parce que je l'aime !

Puis les rougeurs devinrent plus intenses et elle ne sut plus où se mettre. En cet instant elle voulait être une souris et aller se réfugier dans un trou ou bien se décomposer en poussière pour s'envoler avec le vent.

- Mais... mais... chut, hein ? Si...sinon je répète toute notre conversation à Ed.

Puis elle soupira doucement et sourit à Alphonse.

- Mais bien sûr que si je dors. Et je dois bien travailler si je veux manger à ma faim !

Même si elle était bouleversée par ce qu'elle venait de dire, Winry essayait de ne pas perdre le fil de la conversation. C'était la meilleure des solutions pour éviter le sujet houleux qu'elle venait de lancer par mégarde, ou presque.

- Il rentre quand Ed ? demanda-t-elle ensuite. Pas dans trente ans j'espère !

"Sinon je serais mariée avec trois gosses" voulut-elle ajouter mais la plaisanterie devait-être courte pour être plaisante.
"Changeons de sujet et vite" hurlait son cerveau.


Dernière édition par Winry Rockbell le Mer 22 Jan - 19:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 215
Date d'inscription : 13/11/2013
Age : 19
Localisation : Quelque part dans Amestris..

Fiche De Personnage
Points XP: 35 Points
Niveau: 01

MessageSujet: Re: Mélodie d'été   Dim 19 Jan - 0:46

Mélodie d'été

With Winry Rockbell


Winry soupira, une autre fois. Alphonse se dit qu'il ne l'avait jamais vu soupirer autant, mais au fond ça l'amusait bien ! Elle semblait réfléchir intensément, mais à quoi ? Personne ne le savait ! D'ailleurs Alphonse se demandait si il voulait vraiment savoir tout ce qui passait dans la tête de Winry, après tout, elle réfléchissait de trop parfois ! Elle compliquait les choses alors que tout semblait évident avec Edward. Puis, Winry ferma les yeux. Dormait-elle ? Non, elle devait réfléchir. Enfin, il lui semblait. Il allait lui demander si tout allait bien quand elle explosa de rire, ce qui surpris Al, coupé dans son élan. Mais quand il vit Winry rire de bon cœur comme ça, il se mit à sourire aussi. Les moments les plus heureux de sa vie, il les passait avec elle et Ed, quand ils rigolaient, et il se sentait tellement bien avec eux. Il revint à Winry, et se demanda pourquoi elle riait autant. Elle n'arrivait même plus à respirer, elle allait s'étouffer si ça continue se dit Al en riant. Al regarda Winry devenir toute rouge, si elle se voyait ! Winry passait vraiment souvent du coq à l'âne : Un coup, elle soupire et réfléchit, puis elle se met à rire en l'espace de quelques secondes ! Elle finit enfin par se calmer et essuya les quelques larmes qui coulaient aux coins de ses yeux bleus puis dit :

- Lui ? Timide ? C'est la meilleure Alphonse ! Non, vraiment, aujourd'hui je sais pas ce qu'il t'arrive mais t'es drôle ! T'as mangé un clown ce matin toi, nan ?

Pendant un instant, personne ne parla tandis que Winry reprenait son souffle. Puis semblant se souvenir d'une chose, elle continua :

- Tu peux ressentir ses émotions ? Comment c'est possible ? Et puis non, désolée, je ne lui demande rien, s'il m'aime qu'il vienne se déclarer.

Alors qu'Al réfléchissait à une réponse à peu près compréhensible au sujet de ce qu'il ressentait et son lien avec son frère Ed, Winry lui hurla :

- M'aimer ?! Du verbe aimer ?! Il m'aime ? Impossible... Enfin si... Mais pourquoi moi ? Alphonse, aide moi ! S'il te plait ! Je ne sais pas quoi faire !

Tout en disant cette phrase, telle une femme hystérique, Winry s'était levée et avait un agrippé l'armure par le bras et essaya de le secouer. Alphonse tenta de la retenir, mais dis donc, c'est qu'elle avait de la force cette petite ! Ce doit être à force de taper sur du fer ça ! Il faudra s'en souvenir, même si elle paraît inoffensive quand on ne la connait pas.

- Attend, non, dit-elle plus calme, tu dis que tu ne veux pas me faire de faux espoirs ? Alors c'est qu'un quiproquo, c'est ça ? Il tient beaucoup à moi mais c'est tout, pas de sentiments autres ? demanda-t-elle ensuite, une pointe de déception dans la voix.

Winry semblait triste, comme si elle avait espéré qu'il se passe quelque chose entre Ed et elle.. Comme si elle voulait que ce soit vrai, ce qui était peut être le cas d'ailleurs. L'aimait-elle ? Winry ressentait des choses pour Ed ? Mais alors.. Si Al s'était trompé et qu'il avait raconté n'importe quoi, Winry serait vraiment triste.. Quel idiot il faisait ! Il se sentait tellement coupable ! Mais pourtant, il sentait qu'il y avait quelque chose dans le regard que lançait Ed à Winry quand il se retrouvait. Quelque chose de fort, qu'il ignorait pour l'instant. Et de même dans le regard de Winry pour son frère.. Elle ne lâchait pas le regard d'Alphonse, mais finit par baisser les bras le long de son corps.

- C'est triste parce que... parce que moi...

Qu'allait-elle dire ? Est ce que cela concernait Ed ? Al voulait tellement savoir ! S'il avait eu un cœur, dans cette grand armure vide, il l'aurait sentit tambouriner à l'intérieur de lui. Il aurait senti son stress, son impatience et toutes ces choses qui allaient avec. Si il avait eu un corps bien sûr.. Winry prit une grande inspiration, rougit de plus belle et serra les poings.

- Parce que je l'aime ! murmura t-elle à une vitesse inouïe, si rapidement qu'Al faillit ne pas comprendre.

Déjà, qu'Al trouvait Winry rouge, mais là c'était encore pire ! Et que venait-elle de dire ! Elle aimait Ed ! Winry AIMAIT Ed ! Oh mon Dieu ! Al n'en revenait pas, c'était tellement drôle ! Il était si content pour Ed et Winry ! Il fallait absolument qu'il prévienne Ed.

- Mais... mais... chut, hein ? Si...sinon je répète toute notre conversation à Ed.

Puis elle soupira, pour la cinquième fois et dit :

- Mais bien sûr que si je dors. Et je dois bien travailler si je veux manger à ma faim !

Que venait faire cette phrase ici ? Oui d'accord, Al avait bien lancé le sujet auparavant, mais là, ça changeait complètement le sujet, qui en fin de compte était tellement intéressant ! Peut être que Winry n'aimait pas parler de ses sentiments ? Si elle si met aussi, Al ne comprendra vraiment plus personne, lui qui aimait tellement aider les gens.

- Il rentre quand Ed ? demanda-t-elle ensuite. Pas dans trente ans j'espère !

Bon.. Comme d'habitude, Winry avait fait son petit monologue, passant d'une émotion à l'autre. C'était maintenant à Al de répondre à toutes les questions et réflexions de la jeune fille. Il réfléchit à tout, choisissant ses mots avec soin, n'oubliant aucune phrase que Winry avait dite, puis il se lança, prenant une grande inspiration.

- Oui, je te jure Winry, qu'avec toi, Ed n'est pas comme avec les autres personnes. Enfin, il est toujours aussi insupportable, mais il est plus doux et plus sensible parfois.. Il n'ose pas exprimer certaines choses tu vois. Moi, manger un clown ? Mais qu'est ce que tu raconte Winry ? demandais-je, avec ma grande naïveté de jeune enfant.

Je fronçais les yeux, même si ça ne se voyait pas. Qu'est ce qu'elle me racontait ? J'espérais vraiment qu'elle comprendrait ce que je lui expliquais, c'était tellement difficile de l'expliquer. Je me tournais vers elle, histoire que mes yeux soient piles en face des siens.

- Je ne sais pas comment c'est possible, c'est comme ça c'est tout.. C'est peut être grâce au sceau qu'il ma tracé à l'intérieur de l'armure, mais quand il est en danger par exemple, je le sens..
Winry.. Tu sais bien qu'il ne fera pas le premier pas, il n'est pas du genre à dévoiler ce qu'il ressent. Ecoute Winry, Ed t'aime vraiment beaucoup ! Je le vois quand vous êtes ensemble ! Je crois le sentir aussi. Je suis sûr qu'il ressent des sentiments puissants pour toi, mais je ne sais pas totalement de quelle manière, c'est tout. Je pense que le mieux serait d'en parler, même si c'est difficile avec quelqu'un comme lui..


Al soupira.. Oui Ed est vraiment quelqu'un de difficile à comprendre, même eux deux, ses plus proches amis, ils n'y arrivaient pas.. Il fallait vraiment qu'Ed fasse des efforts de communication, comment pouvaient-ils y arriver si Ed leur cachait la plupart des choses qu'il pensait ? Il fallait lui parler, pour tout expliquer calmement.

- Alors comme ça, tu l'aime hein ? Ahah, c'est trop mignon ! Je savais bien que vous finiriez ensemble un jour tous les deux ! Même si je dois te l'avouer, j'ai toujours cru que ce serait moi depuis que j'avais remporté ce combat contre mon frère pour savoir qui allait t'épouser. continuais-je en riant, me remémorant ce moment de notre enfance. Non non bien sûr, si tu ne veux pas lui dire, je ne lui dirais rien alors. Tu as raison, c'est mieux pour vous que chacun le dise en face, l'un à l'autre.

Je reposais ma tête contre l'arbre, toujours en regardant Winry au fond des yeux. Puis, je levais les bras au ciel, montrant ma "semi-colère", qui n'était pas réelle bien sûre !

- Tu dors toi ? Ah oui ? Deux heures de temps en temps c'est ça ? Et tu appelle ça dormir toi ? Non non non ! Il faut se reposer Winry, c'est important ! Même pour manger, à ta faim voyons, tu peux travailler un tout petit moins ! Enfin, tu es têtue comme une mule, ça ne sert à rien que je m'acharne ainsi pour essayer de te convaincre ! lançai-je en feintant l'exaspération. Quand Ed rentrera ? Eh bien, il ne devrait pas revenir dans trop longtemps.. Après tout, la piste que nous avions trouvée était proche, donc tu le reverra peut être bientôt ! Tout dépend de ce qu'il a trouvé ou pas, ne t'inquiète nous reviendrons te voir Winry !

Après sa longue phrase, Al sourit à Winry. Oui, quand va revenir Ed ? C'est une très bonne question qu'Al se posait lui aussi. Mais bon, il le saurait surement bientôt. Bien sûr qu'ils allaient revenir ! Alphonse ne manquerait pour rien au monde l'explication sentimentale entre Winry et Ed ! La suite de cette histoire promet de bien grandes choses !



In the Fullmetal Alchemist we don't say “I love you”. We give up our right arm for your soul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Mélodie d'été   Dim 19 Jan - 13:35

Mélodie d'été

With Alphonse
Equus - Two Steps From Hell




La fille Rockbell baisse les yeux sur l'herbe verdoyante. Il n'y avait pas de soleil sans pluie pensait-elle. En faite, elle commençait à ressentir de la détresse. Elle allait encore se retrouver seule dans sa chambre à frapper le métal tout en pensant à ses meilleurs amis. La jeune femme retint un soupire et sourit aux paroles d'Alphonse. Décidément, ce jeune garçon était son rayon de soleil en ces jours moroses.

- Et pourtant, dit-elle en revenant sur le sujet qu'elle voulait éviter il y a peu, il parait si directe et brutal... Je me demande comme il se fait qu'il perd tous ses moyens face à une fille comme moi. J'ai même de plus en plus de mal à croire qu'il puisse m'aimer.

Elle fit une pose et réarrangea ses cheveux tout en posant un regard sur l'immense océan vert devant elle:

- C'est vrai quoi, je suis une personne brutale, violente, je m'acharne sur lui à chaque fois qu'il revient en morceaux. Certes, il n'a qu'à pas détruire mes chefs-d'oeuvres... Mais... Pourquoi moi ? Il mérite tellement mieux, tu sais Al...

Ces paroles étaient teintées d'une tristesse qui se voulait dissimulée derrière un sourire rayonnant. Les larmes perlaient doucement au coin de ses yeux bleus mais elle les cacha habilement d'un revers de la main. Il fallait qu'elle change encore de sujet, passer du coq à l'âne comme elle savait si bien le faire. La demoiselle attristée par ses propres pensées rebondit sur les paroles d'Alphonse:

- Toi ? Des fois je me demande oui, dit-elle avec un demi rire, ton frère est si insupportable par moments ! J'en suis fatiguée rien que d'en parler ! Tu nous connais, grand dadet, ni l'un ni l'autre ne se bougera le train pour s'avouer quoi que ce soit. On va se frapper, comme d'habitude.

Encore un soupire de sa part, elle n'avait fait que ça en cette journée qui commençait doucement à décliner. Ses yeux regardent le ciel si bleu s'assombrir doucement. Il vire à l'orange puis au rose. Winry ramène ses jambes contre elle et pose sa tête sur ses genoux. Elle est pensive, tellement perdue dans ses pensées. Elle ne sait vraiment pas quoi dire. Peut-être qu'il fallait laisser le silence se faire, seul maître du moment.

Mais il fut brisé à nouveau par la douce voix infantile du cadet Elric. Elle ne se lassait pas de se faire bercer par cette douce mélodie métallique mais si humaine. Le regard perdu dans le vague, elle se laisse aller contre le tronc de l'arbre. Absente en ce moment à cause d'une fatigue qui se cumulait et d'une période bien pénible à venir pour elle, la jeune fille ferme encore les yeux, les sentant lourds. Muscles endoloris et le bas du dos également, Winry se demandait comment elle allait survivre à la semaine suivante.

Inspirant grandement, elle repense à la dernière phrase d'Alphonse. Ils allaient revenir mais il ne disait pas quand ni comment. En bonne santé, la fleur en main ou bien dans un brancard, la croix au cou ? Cette dernière hypothèse ne plaisait guère à la mécanicienne qui se demandait même si elle ne devait pas aller en vadrouille avec eux. Mais les connaissant, elle savait que la réponse serait malheureusement négative et même qu'elle serait hurlée par l'aîné des deux frères. Aucune diplomatie, aucune tendresse mais pourtant si beau et si adulte par moments.

- Je...

Elle ne savait pas quoi dire. Elle venait de se faire remonter les bretelles par Al et son moral était trop bas pour qu'elle puisse réellement s'énerver à cette boutade. Aucune considération pour le bonheur, elle avait le chic pour tout gâcher, comme d'habitude. Retrouvant sa position fœtale, si confortable, elle se sentait en sécurité dans sa bulle, la jeune demoiselle murmura quelques excuses avant d'essayer de trouver une raison valable à ses nombreuses nuits blanches qui fatiguaient tant son corps en pleine croissance et dont le flux vital allait bientôt s'échapper pour encore plus l'épuiser.

- J'ai du travail... Les commandes n'attendent pas et... Je n'aime pas faire attendre, cela ternirait la réputation de la famille. En plus... Je prépare un nouvel automail pour ton frère, plus léger, ce dernier, je l'espère mais sa mise au point demande beaucoup de temps et de travail. Entre deux commandes j'y bosse et j'y donne tout mon temps libre dont celui de dormir également.

Elle inspire doucement avant de continuer platement son explication un peu idiote :

- Je ne sais pas quand il reviendra et j'aimerais qu'il soit prêt à son arrivée. Le connaissant il voudra repartir sur le champ sans prendre la peine de se reposer et de rester un peu. Alors je m'exécute, alors je fais selon sa demande : je travaille d'arrache-pied pour qu'il réussisse, dus sais-je mourir de fatigue, ce n'est rien comparé à ce que vous devez endurer chaque jour. Ce faible sacrifice est bien la seule chose que je puisse faire pour vous aider. Ô Alphonse, je me sens si inutile, si... je suis un poids à votre tâche, je ne fais que vous inquiéter en essayant de noyer ma pathétique souffrance derrière des montagnes de travail injustifiées. Je ne mange plus, je ne dors plus mais même si je me tue à la tâche, je n'arrive pas à ne pas penser, à faire le vide.

Après ce long monologue, la jeune fille laisse couler les larmes, encore. Elle venait de tout gâcher, encore une fois. Les joyeuses retrouvailles s'étaient transformées en pleurs et moments de culpabilité. Elle s'en voulait, terriblement.

- Quand reviendrez-vous ? J'en ai assez d'attendre dans la peur, l'inquiétude. Je suis égoïste, je le sais, mais dans ce monde il faut parfois savoir être égoïste... Je ne veux pas vous perdre, pas encore une fois. Je suis si égoïste, ô pardonne moi Alphonse, je n'arrive plus à retenir mes larmes, cela fait trop longtemps que je n'ai pas pleuré, cachant ces souffrances derrière la violence de mes actes. Ô Alphonse... promets moi que vous reviendrez en un seul morceau, s'il te plait...

Elle passe une main tremblante sur son visage en reniflant, les faibles pleurs étant devenus torrents de sentiments. Le soleil se couchait et avec lui la joie d'une journée sans pluie. Mais il n'y avait pas de soleil sans pluie...

- Promet moi que je pourrais, peut-être, dire ce que je pense à Edward. Ne mourrez pas, même si je n'ai pas le pouvoir de vous en donner l'ordre, restez en vie. Et ô combien je sais à quel point mes paroles sont futiles et frivoles pour vous, je t'en supplies, veille sur vous.

Winry sourit faiblement en relevant la tête pour regarder de son regard en larme Alphonse. Ce sourire était pareil à un rayon de soleil un jour de mauvais temps, il pouvait apporter chaleur et bonheur dans le coeur des Hommes comme il pouvait faire ressurgir la nostalgie de jours meilleurs.

- Sinon je risque de me fâcher, dit-elle, la crédibilité n'étant pas avec elle.

Pathétique humaine, jeune fille égoïste, elle allait frapper le métal avec plus de vigueur pour enfermer son coeur dans le fer, pour essayer de recoller les morceaux de cet organe saignant de la perte de trop d'êtres proches. Elle se sentait seule et ce malgré la présence de Den et Pinako.

- Il se fait tard... Et... Tu dois partir, enfin... je crois, murmura-t-elle, presque pour elle.

Elle savait qu'elle ne pouvait pas le retenir, qu'il devait retourner voir Edward. Peut-être lui raconterait-il ces moments de faiblesse de la part de la mécanicienne fière. Peut-être que le Fullmetal rira de ces récits, peut-être qu'ils oublieront ces paroles si légères face aux problèmes du monde. Mais au moins elle aura parlé, elle aura donné son avis.

- Je reste là, hoqueta la jeune fille blonde, le coucher de soleil est si beau en ce moment, ajouta-t-elle alors que l'astre avait déjà disparu depuis longtemps.


Dernière édition par Winry Rockbell le Mer 22 Jan - 19:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 215
Date d'inscription : 13/11/2013
Age : 19
Localisation : Quelque part dans Amestris..

Fiche De Personnage
Points XP: 35 Points
Niveau: 01

MessageSujet: Re: Mélodie d'été   Dim 19 Jan - 19:48

Mélodie d'été

With Winry.


Alphonse regardait Winry, tandis que cette dernière tournait la tête et baissa ses yeux bleus vers la praire verdoyante, parsemée de petites fleurs blanches. Elle semblait si triste.. Pourtant Al n'avait rien dit de mal, si ? Était-il allé trop loin dans ses dernières phrases ? Il ne le savait pas lui-même.. Mais, un sourire passa sur son beau visage d'adolescente.

- Et pourtant, dit-elle en revenant sur le sujet qu'elle voulait éviter il y a peu, il parait si directe et brutal... Je me demande comme il se fait qu'il perd tous ses moyens face à une fille comme moi. J'ai même de plus en plus de mal à croire qu'il puisse m'aimer.

Winry avait raison, mais Ed est brutal avec tout le monde, il est comme ça.. Oui, cela fait souffrir certaines personnes comme Winry mais Al ne savait pas comment lui dire, ou même comment l'aider. Après tout, c'est à Ed de s'en sortir tout seul, c'est son caractère personne d'autre que lui ne peut le changer, pas même son frère ou son amie d'enfance. Elle bougea et réarrangea ensuite ses magnifiques cheveux longs et blonds.

- C'est vrai quoi, je suis une personne brutale, violente, je m'acharne sur lui à chaque fois qu'il revient en morceaux. Certes, il n'a qu'à pas détruire mes chefs-d’œuvres... Mais... Pourquoi moi ? Il mérite tellement mieux, tu sais Al...

Mais qu'est ce qu'elle racontait ? Elle n'était pas violente du tout ! C'est normal, Ed ne faisait pas attention à tout ce qu'elle lui fabriquait. Elle passait ses nuits entières sans manger ni dormir pour lui fabriquer de nouveaux auto-mails, et lui il les cassait sans remords. C'est donc compréhensible qu'elle réagisse de cette manière. Winry, ne voulait pas comprendre que c'était une fille géniale dont tout le monde pouvait rêver. elle était douce, gentille, drôle et si jolie. "C'est plutôt Ed qui ne la mérite pas !" se dit-il en serrant les poings. Ses paroles semblaient si tristes.. Pourtant elle souriait. Oh, Winry..

- Toi ? Des fois je me demande oui, dit-elle avec un demi rire, ton frère est si insupportable par moments ! J'en suis fatiguée rien que d'en parler ! Tu nous connais, grand dadet, ni l'un ni l'autre ne se bougera le train pour s'avouer quoi que ce soit. On va se frapper, comme d'habitude.

Oui, Al.. Il se demandait de temps en temps comment la vie aurait été si cet incident ne s'était jamais produit. Qui aurait épousé Winry ? Qui l'aurait rendue heureuse ? On ne le saura sûrement jamais.. Winry avait raison, encore une fois, ces deux-là n'arriveront jamais à s'avouer leurs sentiments ! Elle soupira encore une fois. Alphonse ne comptait même plus maintenant ! Elle ramena ensuite ses jambes contre elle et posa sa tête sur ses genoux. Elle se posa contre le tronc de l'arbre, ferma les yeux et inspira un grand coup.

- Je...

Winry murmura des phrases qu'Al ne saisit pas et elle continua.

- J'ai du travail... Les commandes n'attendent pas et... Je n'aime pas faire attendre, cela ternirait la réputation de la famille. En plus... Je prépare un nouvel automail pour ton frère, plus léger, ce dernier, je l'espère mais sa mise au point demande beaucoup de temps et de travail. Entre deux commandes j'y bosse et j'y donne tout mon temps libre dont celui de dormir également.

Elle inspira doucement, histoire de reprendre son souffle et reprit son explication.

- Je ne sais pas quand il reviendra et j'aimerais qu'il soit prêt à son arrivée. Le connaissant il voudra repartir sur le champ sans prendre la peine de se reposer et de rester un peu. Alors je m'exécute, alors je fais selon sa demande : je travaille d'arrache-pied pour qu'il réussisse, dus sais-je mourir de fatigue, ce n'est rien comparé à ce que vous devez endurer chaque jour. Ce faible sacrifice est bien la seule chose que je puisse faire pour vous aider. Ô Alphonse, je me sens si inutile, si... je suis un poids à votre tâche, je ne fais que vous inquiéter en essayant de noyer ma pathétique souffrance derrière des montagnes de travail injustifiées. Je ne mange plus, je ne dors plus mais même si je me tue à la tâche, je n'arrive pas à ne pas penser, à faire le vide.

C'est ça le problème avec Winry. Elle est tellement gentille avec tout le monde, mais personne ne lui rend rien en échange. Le principe de l'échange équivalent.. Ed ne le respecte même avec Winry ! Lui ! Le FullMetal Alchemist ! C'est un comble. Et elle s'inquiète, tout le temps. Bien sûr que non, ce n'est pas un boulet pour les deux frères, c'est pour eux qu'ils font ça, mais pour elle aussi. Pour la revoir sourire. Son si beau sourire leur manque tellement. Ils aimeraient que tout redevienne comme avant.. Mais si seulement c'était possible.. Winry pleura, à chaudes larmes.. Alphonse détestait la voir ainsi.. Mais il ne savait pas quoi faire..

- Quand reviendrez-vous ? J'en ai assez d'attendre dans la peur, l'inquiétude. Je suis égoïste, je le sais, mais dans ce monde il faut parfois savoir être égoïste... Je ne veux pas vous perdre, pas encore une fois. Je suis si égoïste, ô pardonne moi Alphonse, je n'arrive plus à retenir mes larmes, cela fait trop longtemps que je n'ai pas pleuré, cachant ces souffrances derrière la violence de mes actes. Ô Alphonse... promets moi que vous reviendrez en un seul morceau, s'il te plait...

Non, Winry.. Elle pleurait. Winry PLEURAIT. Et dire qu'Ed et Al s'étaient juré de ne plus la faire pleurer.. Mais en même temps, Al la comprenait. Lui aussi, ce matin, il avait été perdu de ne pas savoir où se trouvait son frère. Sans lui il n'était rien.. Oui, bien sûr qu'ils reviendront en un seul morceau, ils l'ont promis, ils se sont promis de ne pas échouer. Quoi qu'il en coûte, ils s'en sortiront.

Elle passa une main tremblante sur son visage en reniflant. Ses larmes coulaient le long de ses yeux. Alphonse souffrait tout autant de la voir comme ça, pas sa faute en plus.. Il se demanda une nouvelle fois si il aurait vraiment du venir ici aujourd'hui.. Il faisait plus de mal qu'autre chose. Comme si le temps s'accordait aux émotions de Winry, le soleil se couchait et tout devint sombre.

- Promet moi que je pourrais, peut-être, dire ce que je pense à Edward. Ne mourrez pas, même si je n'ai pas le pouvoir de vous en donner l'ordre, restez en vie. Et ô combien je sais à quel point mes paroles sont futiles et frivoles pour vous, je t'en supplies, veille sur vous.


Oui, c'est promis Winry" répéta Al dans sa tête. Il fallait qu'il la console, qu'il lui redonne espoir, c'était la seule chose à faire. Avec ses mots et ses phrases, il la consolerait, comme il le faisait si bien avec les autres. Si seulement il pouvait faire de même avec sa chère petite Winry. Mais elle n'était pas comme les autres, même quand il la consolait, il savait qu'au fond, une partie d'elle restait toujours un petit peu triste. Elle releva la tête pour fixer Alphonse, de son regard toujours aussi larmoyant et sourit faiblement. "Elle devait avoir la vison trouble, avec autant de larmes aux coins des yeux." se dit ensuite Al.

- Sinon je risque de me fâcher, dit-elle, la crédibilité n'étant pas avec elle.

Quand Winry dit cette phrase, Alphonse vit bien que la gaieté des autres jours n'était pas au rendez-vous. On voyait qu'elle essayait de paraître légèrement plus heureuse mais, sans succès. Pauvre Winry, si seulement Al pouvait l'aider. Elle continua ensuite :

- Il se fait tard... Et... Tu dois partir, enfin... je crois, murmura-t-elle, presque pour elle.

Mais Al voulait-il vraiment partir tout de suite ? Il ne le savait pas encore. Bien sûr il voulait aller retrouver son frère qui était peut être rentré mais il se sentait coupable de laisser Winry ici comme ça, seule. Il voulait tellement la prendre dans ses bras mais comment le prendrait-elle ?

- Je reste là, hoqueta la jeune fille blonde, le coucher de soleil est si beau en ce moment, ajouta-t-elle alors que l'astre avait déjà disparu depuis longtemps.

Tenait-elle tellement à rester seule, sans Al ? Peut être pour réfléchir à la conversation.. Bien, si elle le voulait, il partirait alors.. Il se permit tout de même de répondre, par ce qu'il avait préparé au fur et à mesure des paroles de Winry.

- Je suis d'accord avec toi, Ed est diffcile à cerner, mais il est comme ça, c'est tout. Je pense qu'un jour il y arrivera, à se dévoiler. Laissons-lui un peu de temps tout simplement.
Toi Winry ? Une personne violente ?
demandai-je en riant. Tu es une des personnes la plus douce que je connais ! Si gentille avec nous, et si serviable, trop serviable même. Bien sûr qu'il te mérite ! Tu es géniale Winry ! Arrête de te sous-estimer comme ça.
Oui, moi ! Tu te rends compte Winry ? Je m'imagine avec toi des fois, c'est vraiment très étrange tu sais ! dis-je, changeant vite de sujet, celui trop risqué à mon goût. Je suis sûr que si vous faites des efforts l'un et l'autre vous pouvez y arriver ! Vous êtes pareils tous les deux. Enfin, sur certains points disons.
Je sais bien que pour toi c'est très important le travail Winry, tu es une personne très noble, mais personne ne t'en voudras si tu te repose quelques heures de plus, crois moi. Sinon il aura affaire à la grosse armure de fer ! dis-je en lui faisant un clin d’œil pour essayer de lui redonner le sourire. Tu travailles tellement dur pour lui, et il ne te donne rien en échange, c'est tellement exaspérant Winry ! Des fois, j'ai envie de lui dire tout ça, mais je sais qu'il le prendra mal, alors je me tais.
Je ne sais pas quand nous reviendrons.. Quand tout sera fini, nous rentrerons c'est promis. Nous n'abandonnerons jamais, et je ne permettrais pas qu'on touche à Ed, je t'en fais la promesse Winry ! Bien sûr que tu pourras lui dire, et en même temps, tu me prépareras une bonne tarte un pomme hein Winry ?
demandais-je en lui prenant la main.
Ecoute Winry, je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour te rendre heureuse et pour que tu ne souffres plus, d'accord ? De ton côté, sois heureuse et continue de faire ce que tu fais de mieux, même si je sais bien que c'est plus facile à dire qu'à faire. Mais essaye au moins.. Je ne veux plus te voir souffrir, c'est d'accord ? Je te promet que tout ira bien. Je te le promets Winry.
Oui, il faut que j'aille voir si Ed est rentré, mais je ne veux pas te laisser seule ici Winry.. Tu as l'air si triste, je suis vraiment désolé de t'avoir fait endurer tout ça, pardonne moi..

Tout en disant cette phrase Alphonse se rapprocha d'elle et la prit dans ses bras. Il avait hésité mais l'avait finalement fait. Il espérait qu'elle ne le repousserait pas.. Après tout, serrer dans ses bras une armure de fer, ce ne doit pas être si confortable. Il sentit son parfum, tout en fixant le ciel s'assombrir encore. Il se dit que c'était tout comme un câlin "d'adieu", mais il ne voulait pas la lâcher, cette fille, si précieuse à ses yeux.. Non, bien sûr que non, il la reverrait et cette fois, ce sera avec Edward.



In the Fullmetal Alchemist we don't say “I love you”. We give up our right arm for your soul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Mélodie d'été   Dim 19 Jan - 21:56

Mélodie d'été

With Alphonse
Human Legacy - Ivan Torrent




Les larmes chaudes se mêlent au vent froid et à l'étreinte du crépuscule. La jeune fille regardait toujours Alphonse avec ce sourire figé. Les pleurs de l'enfance ne cessaient, torrents imperturbables dans leur lit.

- Toi Winry ? Une personne violente ? demanda-t-il en riant. Tu es une des personnes la plus douce que je connais ! Si gentille avec nous, et si serviable, trop serviable même. Bien sûr qu'il te mérite ! Tu es géniale Winry ! Arrête de te sous-estimer comme ça.

La fille Rockbell baisse encore les yeux devant tant de bonté d'âme, de gentillesse. Elle laisse son bras sur ses yeux, ne pouvant retenir ces flots de larmes, torrents démentiels. Son sourire ne cessait d'être mais son coeur se brisait totalement. Elle laissait parler les cinq ans de sentiments enfouis et refoulés, cinq années à relativiser cela. Mais maintenant elle laissait la tristesse, la joie, la colère dominer son frêle corps. Elle ne pouvait dominer ses sentiments si forts...

Alphonse... Elle savait que quoi qu'il arrivait, il réconfortait les gens même s'il devait passer par le mensonge. Ça faisait mal, si mal. Elle refusait ces compliments honteux d'une personne qui graisse la patte à un dirigeant. Non ! Elle serre les poings.

- Al... Arrête, s'il te plait... arrête.

Plaintes et supplications, elle était tombée bien bas. Mais où était donc la fière Winry Rockbell ? La mécanicienne si forte de caractère que rien ne pouvait l'ébranler ? Et puis comment était-on passé des larmes de joies aux larmes de souffrance ?
Winry était perdue, complètement. Elle n'avait pas envie, pas envie de voir le soleil se lever demain. La jeune femme voulait demeurer dans une nuit éternelle à ressasser ses défauts et souvenirs.
Et les paroles d'Al, bien que se voulant réconfortantes, n'arrangent que très peu la situation de son cerveau qui commençait à être dérangé par tous ces évènements. La jeune femme serre encore le poing, elle tremble, si faible en cet instant, les larmes ne tarissent pas, comme si elle était une source infinie.

- Je ne sais pas quand nous reviendrons.. Quand tout sera fini, nous rentrerons c'est promis.
- Promesse futile, chuchota-t-elle, si volatile. Combien de fois a-t-il promis ? Combien de fois a-t-il tenu promesse ? Al, je n'en peux plus, vraiment plus ! Et qu'il l'entende de là où il est ! hurla-t-elle.
- Il faut que j'aille voir si Ed est rentré, mais je ne veux pas te laisser seule ici Winry.. Tu as l'air si triste, je suis vraiment désolé de t'avoir fait endurer tout ça, pardonne moi...

Triste... le mot était si faible. Caprice, encore, souffrance, toujours. Elle devait se ressaisir, combattre. Ce n'était que passager, sourire pour chasser les larmes, sourire comme le disait si souvent son père. "Un sourire et les chagrins s'effacent, un sourire et les larmes sèchent." Mais elle avait beau sourire encore et toujours, les chagrins demeuraient et les larmes coulaient encore plus fort. Vaines paroles d'adulte, vaines paroles mais pourtant elle voulait y croire.
L'armure géante la serra dans une étreinte froide mais pourtant si chaleureuse. La jeune demoiselle nicha son visage au creux du plastron d'Alphonse et elle laissa les larmes couler, et elle laissa ses derniers sentiments éclater de toute part.

- Ne... Ne le sois pas, dit-elle, la voix entre-coupée de reniflements et hoquets, ce n'est... pas de ta faute si je suis stupide... pathétique... je n'aurais jamais dû fondre en larme comme ça. Mes problèmes sont à moi et tu n'as pas besoin de les avoir sur le dos. Ô Alphonse, tu es si bon ! Tu ne devrais pas t'occuper d'une personne comme moi !

Elle laisse le silence se faire, reposant. Elle laisse ses pleurs se calmer avant de reprendre en s'arrachant à l'étreinte. Winry regarde l'horizon, ses cheveux volent au vent nocturne. C'est bon, tout est fini. La douleur fait place à la joie, la pluie laisse le beau temps apparaitre.

- Il n'y a pas de soleil sans pluie, murmure-t-elle en essuyant les dernières larmes qui perlaient au coin de ses yeux.

Elle inspire profondément et se retourne vers Alphonse, un large sourire aux lèvres.

- Bien sûr que je te ferrais une tarte aux pommes ! Une promesse est une promesse après tout !

Encore un silence. La première étoile commençait à faire son apparition dans le ciel dégagé de Resembool. Les villageois rentraient chez eux et certains regardaient avec étonnement les deux jeunes gens sur la petite colline, sous cet arbre aux feuilles si vertes.
Winry restait là, à fixer Alphonse. Elle ne voulait pas qu'il parte, pas après tout ce qu'ils s'étaient raconté aujourd'hui. Elle avait encore besoin de lui mais lui avait besoin de retrouver son frère.

Mais... Et si tout cela n'était jamais arrivé ? Si personne n'était mort ? Si la guerre n'avait pas éclatée ? Qui seraient-ils maintenant ? Sûrement de beaux jeunes gens se contant des aventures superficielles. L'un embrasserait l'autre tandis que le cadet râlerait sur le fait qu'il soit encore célibataire. Ils seraient heureux dans un monde facile. Mais voilà, le destin en a voulu autrement...

- Dépêche toi de partir maintenant, sinon ton grand frère va encore s'inquiéter et râler... Tu le connais trop bien. Je ne veux pas que tu te fasses enguirlander à cause de moi.

Des paroles d'adieu. Et cette fois, combien de temps devra-t-elle attendre avant de pouvoir espérer revoir les sourires de ces deux garçons ? Combien de temps sans nouvelles ni coups de fils ? Une éternité, sûrement... Enfin, tout avait une fin, les bons moments comme les mauvais et donc l'éternité ne durait qu'un temps.
L'adolescente passe une main dans ses cheveux, les nouant rapidement en une queue de cheval. Le vente froid se faisait plus violent, annonçant la pluie prochaine sur le petit village de Resembool.

- Alphonse... Merci, dit-elle soudainement.

Il l'avait aidée, il l'avait écoutée raconter ses problèmes et ce sans émettre de jugement trop subjectif. Il était la bonté incarnée. Elle avait parlé, il avait écouté, mais elle n'avait pas écouté ce qu'il avait à dire. Encore une chose qu'elle pouvait ajouter à sa liste des reproches... La demoiselle secoue la tête de dépit, elle était si imparfaite et pourtant des gens prenaient la peine de venir voir comment elle allait. Ils ne devraient pas, elle n'en valait pas la peine.

- C'est à moi de m'excuser... Par ma faute ta visite ici s'est terminée dans un torrent de larmes. De plus, j'ai dis des choses horribles, pardonne moi Alphonse. Pardonne moi, Ed... murmura-t-elle ensuite.

Son regard fixait l'horizon, il fixait le vide.


HRP:
Je me suis un petit peu embrouillée les pinceaux... M'enfin, on peut pas toujours frôler l'excellence sinon c'est pas drôle XD Remarque... Al touche l'excellence à chaque fois '_'
Bref, soit tu réponds, Ed, soit c'est Al ^^
EDIT Alphonse : Ce serait pas mal que Ed entre en jeu.. Non ? :3
EDIT Winry : Yep ^^
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 217
Date d'inscription : 19/06/2013

Fiche De Personnage
Points XP: 30 Points
Niveau: 01

MessageSujet: Re: Mélodie d'été   Dim 2 Mar - 23:13

« Comme tu n'es pas revenu, je vais rendre visite à Winry et Mamie Pinako, ne t'inquiète pas, tout va bien. »

Edward poussa un soupir; il n'aurait pas dû laisser son jeune frère tout seul. Même si celui-ci lui  disait de ne pas s'inquiéter, le blondinet fut pris d’anxiété. De plus, sa dite piste sur la pierre philosophale était controuvée. C'était ainsi; lorsque le clairon sonnait, le petit chien de l'armée qu'il était devait rappliquer... Même si au final, ça n'était pas bénéfique pour leur quête. Le jeune homme s'assit quelques instants sur le canapé de la chambre d'hôtel. La pièce, assombrie, laissait passer un rayon orangé du soleil couchant. Dans le quartier, un calme olympien régnait. Seul le tic-tac du pendule résonnait en ces lieux. 19 heures était affiché.

Menton sur mains, Edward fut songeur. Dans son mot, Alphonse disait qu'il partait rendre visite à Winry et Mamie Pinako, à Resembool. En y repensant, c'est vrai qu'ils ne s'étaient pas vus depuis longtemps. Les revoir lui changerait sûrement les idées. Le blond espérait seulement ne pas se faire réprimander par sa mécanicienne... Sa clé à la main, elle était redoutable. Le Fullmetal en frémissait d'avance. Il eut tout de même un sourire aux lèvres en pensant à elles.

« Alala, Alphonse, partir à un moment comme ça... »

Sur ces mots, le blond se leva, tout en quittant sa chambre, n'oubliant pas de verrouiller la porte derrière lui. Ses affaires à la main, il descendit l'escalier en soulevant la manche de son bras droit. Visiblement, l'auto-mail avait peut-être besoin d'une petite révision: Des pièces manquaient, et le métal était abimé par endroits. Winry risquait de lui passer un savon; Edward déglutit rien qu'à y penser. Bref, ce fut une raison de plus pour aller voir sa mécanicienne. On pouvait constater que le jeune Fullmetal passait des journées agitées ces temps-ci. Les missions n'en finissaient pas, et bien sûr, les combats non plus. Comment leur quête était-elle censée avancer dans ces conditions ? Chaque fois que les deux frères possédaient une piste, cette dernière se brisait en morceaux peu de temps après. C'était désolant...

-:-
Arrivé à la gare, le jeune homme s'avança en direction du panneau d'affichage qui donnait les horaires. Apparemment, le prochain train était dans 5 minutes. Les mains enfouies dans les poches de son manteau rouge, Edward se laissa tomber sur un banc. Air pensif sur le visage. La fin de journée arrivait; il était vanné. Il levait le menton vers le ciel orangé, tandis qu'une brise agréable soufflait sur ses cheveux dorés. Les températures étaient douces, comme chaque soirée d'été. Dans son esprit, tout était brouillé: Il pensait à tout comme à rien. Il déterrait juste quelques vieux souvenirs d'enfance. Ce qu'il voyait ? Son enfance: Winry pleurant parce qu'elle et les frères Elric étaient perdus dans la forêt. Edward se remémorait ce moment avec un sourire aux lèvres. Ça n'était pas son genre d'être nostalgique, mais ça lui arrivait de l'être lorsqu'il était fatigué

Puis, le train arriva.

-:-

Durant tout le trajet, il s'endormit. Il fit un rêve. Ou plutôt, un cauchemar. Décidément, cette vision le hantait. Celle d'un échec total de transmutation humaine, mais aussi celle des conséquences que son jeune frère avait subi. Le voyage fut long, comme d'habitude. Heureusement, Edward ne manqua pas son arrêt. Il s'était réveillé quelques minutes avant.

En descendant du train, le blondinet s'étira tout en baillant bruyamment. Devant lui, la campagne. C'était bon d'être de retour dans son village natal. Avec deux doigts seulement, il portait sa valise qui se balançait sur son dos. Il plissa des yeux un moment avant de se gratter la tête :

« Bon... J'espère qu'on s'est pas loupés par contre... »


Oui, car Alphonse était peut-être déjà rentré.

Retrouvant les visages chaleureux de ses compagnons, Edward marchait sur les routes de Resembool. On le taquinait encore sur sa petite taille; et bien sûr, il ripostait bruyamment. Le blond ne put s'empêcher de pousser un long soupir en apercevant la maison des Rockbell. Den dormait paisiblement devant la porte; il faisait bien trop chaud à l'intérieur. Le coucher de soleil était magnifique (bien que le Fullmetal s'en fichait royalement). L'orangé des rayons se mêlaient au teint rosé du ciel... Peut-être que Pinako, Winry et Alphonse était en train de l'admirer ?

Alors que le jeune homme s'apprêtait à annoncer son retour, il aperçut deux silhouettes, pas très loin. C'était sans aucun doute ceux qu'il cherchait. Le blond s'approcha alors, air nonchalant sur le visage et mains enfouies dans les poches. Que faisaient-ils donc tous les deux ? Ils étaient bien calmes ! Leur regard semblait scruter l'horizon. Arrivant doucement par derrière (à ne pas prendre au 2nd degré), Edward commença par poser son poing sur la feraille de son jeune frère :

« Alors Al ? On veut jouer les grands maintenant ? » déclara-t-il avec un air faussement sévère.


Ils retournèrent la tête en même temps. Le blond s'empressa donc de lever sa main vers Winry tout en déclarant :

« Yo »


Ses sourcils s'arquèrent. Le visage de son amie était... troublée par la tristesse. Ses yeux étaient légèrement rouges, et on eut dit que des larmes perlaient au coin de ses yeux.

« Winry... Tu pleures ...? »


Il leva les yeux vers son jeune frère, le questionnant du regard. Il savait pertinemment que celui-ci était incapable de faire pleurer qui que ce soit. Il lui demandait simplement, par un échange de regards, ce qui n'allait pas avec Winry... Puis ses pupilles dorées se rabaissèrent vers la jeune mécanicienne qui était adossée à son tronc d'arbre.

« Qu'est ce qui va pas ? »


Une chose était sûre, c'est que l'entrain de la blonde n'était pas là. Alphonse n'y était pour rien, il le savait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Mélodie d'été   

Revenir en haut Aller en bas
 

Mélodie d'été

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» mélodie éternelle [libre]
» Vent calme et mélodie douce
» Le Rêve de la Mélodie Divine
» Médolie, la mélodie ratée [finit]
» This is burn ~ Mélodie du Destin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FullMetal Alchemist RPG : The Awakening  :: Partie RPG : Amestris :: Maison des Rockbell-